BIOGRAPHIE 

Lindsay Lietin

Auteure / Professeure d'espagnol / Chroniqueuse

Je m'appelle Lindsay Lietin. J'ai 33 ans. Je suis professeure d'espagnol, maman d'un adorable petit garçon de 6 ans, lectrice et auteure. Je vis, comme on dit si élégamment, dans les Hauts de France ! Personnellement, je n'aime pas trop ! Les corons c'est au Nord, pas dans les Haut de france !

 

Je lis des romans feel good surtout mais aussi des romans fantastiques. Je suis une grande fan d'Aurelie valogne, de Serena Giuliano mais surtout de V.grimaldi, dont j'adore le réalisme, l'expression des sentiments. Ses mots sont toujours parfaitement choisis !

 

J'ai commencé par écrire des chroniques que je publiais sur un groupe privé puis j'ai créé un personnage : Lara Leuze, qui verra bientôt jour. Ce sont des chroniques humoristiques, des billets d'humeurs qui traitent de manière piquante et amusante des aléas du quotidien et des évènements qu'une femme peut traverser : le couple, les enfants, les fêtes, les complexes, les collègues et même les moustiques en prennent plein leur grade ! Mon personnage, Lara Leuze, est pleine d'humour, aime jouer avec les mots et ne les mâche pas non plus !

 

Quand j'écris, j'ai l'impression de passer dans un monde parallèle où je rejoins mes personnages, je partage leur quotidien, ils me parlent... et là ma sœur vous dirait que je suis psychotique 😅 . Elle a "peur" quand je lui dis que mes personnages s'amusent dans ma tête.

1/ Lindsay, avec votre roman feel good « Quand le rire  sucre nos souvenirs» vous nous emmenez dans le grand nord avec humour . Pouvez-vous, svp, nous dire ce qu’est la chasse aux mémés ?

 

La chasse à la Mémé comme évoquée dans la quatrième de couverture est un voyage au sens premier du terme puisque Rosie va décider de retrouver celle qui l a élevée, mais aussi au sens second. Rosie va entamer une quête, celle du retour sur soi et de la recherche de ses origines.

 

2/ Qui est Rosie et que lui arrive-t’il ?

 

Rosie est jeune femme d'une quarantaine d'années qui a dû cheminer seule après le départ soudain de sa Mémé Leontine. Elle a tout donné pour se reconstruire une vie dans ce salon de thé où un malencontreux accident la pousse à lever le pied et à se remettre en question. Une pause pour mieux se relever !

 

3/ Ce grand nord farfelu, n’est pas n’importe lequel, c’est celui de mamies. Qui sont Fernande et Mauricette, des «mémés tapent dur» , des dévoreuses de patisseries, des illuminées ou un savoureux mélange de fantaisie et d’attachement à des valeurs «bon enfant» d’antan ?

 

Fernande et Mauricette sont deux octogénaires pleines d'humour et d'humanité. Leur grand cœur permet à Rosie d'avancer dans sa quête. Elles sont très attachées à leurs valeurs simples, à leurs traditions du Nord, aux savoir-faire d'autrefois. J'ai souhaité converser le patois de Mauricette pour souligner justement cette authenticité. Pas de panique, la traduction est en bas de page ! Elles sont des boute-en-train qui ne demandent qu à profiter de la vie.

 

4/ Quel est le point de départ, quelle est l’origine de ce roman pas comme les autres ?

 

Ce premier roman  Quand le rire sucre nos souvenirs est né de ce besoin de parler de mes racines, de ce besoin d'écrire une histoire touchante et amusante, et de ce besoin de réaliser mon rêve le plus fou, tenir dans mes mains mon propre roman. Si ce roman n est pas une autobiographie,loin de là, il reflète une partie de mon identité : les mines, les corons, la gourmandise. l'humour, l'amour et la simplicité.

 

5/ Lorsque l’on pense à un salon de thé, on imagine un endroit calme, chez Rosie, ce serait plutôt la foire d’empoigne avec nos octogénaires et les facéties vont bon train. Serait-ce là, une peinture illustrant parfaitement une nouvelle génération de retraitées, plus dynamique, plus mordante ?

 

A la base, le salon de thé de Rosie est un endroit cosie et douillet. Mais depuis l'accident,  Fernande et Mauricette l’ont transformé à leur insu en petite guinguette ! Elles y amènent leur fraîcheur, leur bonne humeur et leurs gourmandises ! Ce roman est effectivement d un certain côté un éloge à la vieillesse. Malgré leurs maux accumulés au fil du temps, elles ne se laissent pas abattre et avancent dans la vie avec beaucoup d autodérision.

 

6/ Si Fernande et Mauricette ne manquent pas de pêche ni d’appétit, votre roman semble, quant à lui, ne pas manquer de valeurs simples telles que l’amour, l’amitié, le handicap, la filiation mais également, l’attachement aux souvenirs d’enfance. Qui  est Rosie ? Après quoi court-elle ?

 

Comme l'indique le titre, les souvenirs rythment le roman. Ils sont à la fois savoureux et troublants pour tous les personnages. Ceux de Rosie sont particulierement confus et intrigants, personne n'a été en mesure d éclairer ce passé qui l'empêche d'avancer aujourd'hui...

 

7/ Pouvez-vous, svp,  nous donner une idée précise du poids de Léontine et par la même occasion l’idée que vous vous faites d’une «mémé» ?

 

L'intégralité du roman tourne autour de cette fameuse Mémé Leontine qui est partie alors que Rosie venait d'avoir 18ans. Rosie souhaitait l'oublier mais elle se rend compte qu elle ne l'avait juste mise de côté durant ces années.

Qu'est elle devenue ? Où est elle ? Qui est elle réellement ? Toutes ces questions sont à découvrir en même temps que Rosie !

 

8/ Vos mamies sont-elle encore de mise dans ce monde de dingue ? Justifiez, svp, votre réponse.

 

Ces mamies pétillantes ont encore plus leur place dans ce monde de dingue !!!! Elles nous emmènent dans leurs festivités, dans leurs élans de solidarité. Leur chaleur humaine est contagieuse, ce dont nous avons tous besoin actuellement. Venez donc prendre un morceau de tarte au chuc avec Mauricette, Fernande et peut-être Leontine... vous vous sentirez revigoré(e) !

 

9/ Vous êtes maman et enseignante, pour vos coups de plume, que tirez-vous de votre quotidien ? Quelles étaient vos intentions lorsque vous avez écrit ce feel good ? Les premiers retours de lectrices et lecteurs sont-ils en adéquation avec vos attentes, surprenants, inspirants pour l’écriture d’une suite  ?

 

Tout est source d inspiration pour moi : mes lectures, ce que je vois, ce que je vis, ce que je sens, ce que j'entends dans la rue, à la télé ou même en classe avec mes élèves. J ai toujours voulu écrire un feelgood, un roman qui fait du bien, plein de vie, d humour et d emotions. C'est mon genre de prédilection. J aime la vie, j essaye de la croquer chaque jour même si ce n est pas évident tous les jours. Il faut être réaliste, et mon roman devait l être aussi. C'est pour cette raison qu il reflète aussi les aleas de la vie.

 

En ce qui concerne les retours, je ne m'attendais pas à ce que mon roman soit si bien accueilli. C'est un premier, je doutais beaucoup, je doute encore, mais les retours des lectures ont souligné les valeurs et les objectifs que je m'étais fixés. Les lecteurs me disent qu'en ce moment encore plus  ils ont besoin de ce genre de roman léger, plaisant et amusant. Vous vous doutez bien que j'ai été conquise ! Ils sont des moteurs, des bouffées d'oxygène. Ce n'était pas prévu au moment de l'écriture de ce premier roman mais je prépare la suite pour éclairer les zones d'ombre qui planent encore sur le passé de Rosie. Les lecteurs m'ont posé des questions sur cette partie manquante et juste évoquée à la fin. Je suis en train de préparer leurs réponses...

 

10/ Avez-vous un nouveau projet d’écriture en cours ou une actualité à partager ?

 

J'ai plusieurs projets en plus de la suite. Je prépare avec une collègue illustratrice un recueil de billets d'humeur humoristiques et illustrés qui devrait sortir en fin d année. Un autre univers feelgood se prépare dans ma tête avec un autre thème tout aussi intriguant mais toujours sur fond d humour. J'ai décidé d accorder plus de place à l'écriture dans ma vie. C'est une source de bonheur dont je ne peux plus me passer !

Voilà 😊

I N T E R V I E W