gallery/IMG_5986
Biographie :

 

Bretonne de naissance, Sonia vit depuis 2008 aux États-Unis. Après plusieurs années comme coordinatrice de blog, la création de slogans, de vidéos de présentation, modèle de diverses campagnes marketing et institutrice, Sonia Kermen écrivaine depuis l’âge de neuf ans, se consacre désormais à sa passion. Elle est également l'auteure de la série bilingue « Les aventures d'Enzo/The Adventures of Enzo » de 2012 avec le nom de Sonia Colasse.

 

Bibliographie :

 

Enzo Le Petit Aventurier / Enzo Le Petit Aventurier - Au ZOO / Au ZOO - 2020
Écrit par Sonia Kermen - Illustré par Kedsunee Volasanh - Traduit en anglais par Bella G.

Les Aventures d'Enzo / Les Aventures d’Enzo est une série de 12 livres écrites en 2012 avec le nom de Sonia Colasse disponible

sur Amazon US et Européen.
1-Le Premier Jour d’Enzo sous l’Oeil de Monsieur Taureau/Enzo’s First Day under the Eyes of Mr. Taurus
2-La Visite des Jumeaux/The Twins come to Visit

3-Une Journée avec Mademoiselle Cancer/A Day with Miss Crab 4-Un Lion pas comme les Autres/A Different sort of Lion
5-Enzo dans les Nuages/Enzo in the Clouds
6-Enzo fait des Bêtises/Enzo does Something Wrong

7-Enzo Adopte un Scorpion/Enzo Adopts a Scorpion

8-Enzo s’ Ennuie/Enzo gets Bored
9-Enzo et son Premier Noël/Enzo’s First Christmas

10-Enzo et le Bonsai/Enzo and the Bonsai

11-Enzo en pleine nature/Enzo in the wild
12-Bébé Enzo et le bébé Agneau/Baby Enzo and the little lamb

Sonia Kermen

Auteur

 

Profession

 Instritutrce en maternelle 

I N T E R V I E W

gallery/Girafeweb

1/ Sonia, nous avons découvert sur le réseau Linkedin, votre ouvrage bilingue  : « Enzo Le petit Aventurier/Enzo The Little Adventurer ». 

A qui s’adresse ce livre et quelle est sa singularité ?

 

L'histoire d'Enzo, le petit aventurier au zoo, est un livre de neuf histoires différentes sur les animaux, leur vie, leurs valeurs, leurs habitudes et leurs coutumes racontées avec simplicité et facilité. Les parents apprécieront d'enseigner les valeurs de chaque animal et seront soutenus par un proverbe qui termine chaque histoire.

Ce livre BILINGUE est éducatif et rédigé en FRANÇAIS et traduit en ANGLAIS.

Il s'adresse aux tout-petits et les enfants des écoles primaires.

 

2/ Est-ce le premier tome d’une série ?

 

Peut-être, à vrai dire, je ne me suis pas posé la question avant même de finir de l'écrire. J'avais déjà fait une série de 12 livres bilingues avec les aventures d'Enzo en 2012. Et je dois reconnaître, peu concluante. Je me laisse le temps de voir comment est perçu ce livre avant de me lancer dans une direction qui n'aurait pas de sens !

 

3/ Qu’est-ce qui vous a motivé, poussé à vous lancer dans l’écriture et la publication d’un ouvrage bilingue ? Quelles étaient vos intentions originelles ?

 

Sachez que j'écris depuis l'âge de neuf ans, la plume ne m'a donc jamais quittée. J'ai posé plusieurs fois le stylo, pour effectuer différents métiers. 

Depuis, la pandémie, le fait de rester à la maison, m'a donné envie de reprendre ma passion première, l'écriture.

Écrire un livre d'enfants bilingue vient de mon expérience personnelle vécue avec mes trois enfants, dont deux nés en France qui ont énormément souffert la première année lors de notre arrivée aux US, en apprenant, sur le tard, une nouvelle langue. Aujourd'hui, mes trois enfants sont bilingues voire même trilingue pour l'aînée. Ma fille lisait un livre par semaine, un en anglais et prenait note de tous les mots qu'elle ne comprenait pas, et la semaine suivante en français pour ne pas oublier sa langue maternelle. Elle m'a donc inspiré pour l'écriture de livres d'enfants bilingues. 

 

Je pense que plus nous motivons le cerveau de nos enfants en bas âge, avec l'exemple d'une lecture le soir en français et le soir suivant en anglais, plus il est facile pour eux d'apprendre différents langages. Les premières années, l'enfant écoute, prend connaissance et enregistre. Les années suivantes deviennent l'apprentissage et l'éducation. Il est important à mon avis, d'inclure le jeu, l'imagination, la fascination, et les dessins pour l'éveil et la compréhension d'une histoire.

 

4/ Combien de temps vous a demandé ce livre, du premier jour, à sa date de publication ? Quelles ont été les étapes clés, les difficultés rencontrées et les satisfactions vécues ?

 

J'ai écrit les premières histoires en 2012, après la sortie de la première série 'les aventures d'Enzo', souhaitant continuer une nouvelle série.

Suite à un divorce, et la perte de ma maison d'édition, j'ai laissé les premières histoires dans un dossier.

Avec la pandémie de cette année, j'ai sorti les premières histoires d'un tiroir, et j'ai continué d'écrire par plaisir, et l'envie de partager avec mon fils Enzo, mon héros, nos aventures au zoo.

J'ai été très vite inspiré, les photos souvenirs avec mon fils, m'ont été d'une grande aide pour me rappeler ses questions, son intérêt pour tel et tel animal. J'ai fait quelques recherches sur les neufs animaux de mon choix, répondant directement par une histoire aux questionnements des enfants, et notamment celle d'Enzo, mon fils. La difficulté a été la mise en page et la création du livre. 

Le design n'est pas mon premier talent, et l'application Photoshop peut paraître simple à utilisé, cependant, il faut quand même un minimum d'entraînement pour savoir le manier.

J'ai très vite décidé de publier les neuf histoires, après mon expérience scolaire.

Je suis française, institutrice de maternelle, et ma langue, mon accent, ne m'ont jamais posé de problème avec mes collègues ou enore avec les parents des enfants, bien au contraire. 

Les parents sont toujours fascinés par les langues étrangères et surtout européennes. De plus, le français est encore considéré comme une langue romantique, et l'accent est adoré. Avec l'accord de mes supérieurs et les parents d'enfants, j'ai enseigné en plus de l’anglais,  par le jeu, le chant et la lecture d'histoire ma langue, le français. Les enfants ont de suite été captivées, ont écoutées avec attention, répétaient pour certain les chansons ou l'alphabet et je me suis aussi aperçu que je maîtrisais plus vite ma classe et obtenait le calme de mes élèves en leur parlant français. Je ne sais pas si c'est le résultat de la langue, de l'accent ou de ma voix. Je me suis vu comme un super-héros en obtenant un pouvoir exceptionnel ! Je ne regrette vraiment pas cet échange et cette belle expérience avec ces petits êtres de deux ans. Et je remercie chaque jour ma culture et ma langue française.

 

Je suis fière du résultat de mon oeuvre, de la mise en pages, de la grandeur des textes, du choix des dessins et surtout d'avoir construit moi-même ce livre.

 

5/ Est-ce que votre travail en binôme avec Kedsunee Volasanh, l’illustratrice vous a semblé difficile, long, révélateur de découvertes inattendues ou au contraire une aventure aussi forte que celles vécues par Enzo, votre personnage ?

 

Kedsunee est une amie avant même de collaborer aux histoires d'Enzo. Nous nous sommes  rencontrées les premières années de mon arrivée aux US dans un groupe de parents-enfants anglophones. J'ai toujours admiré sa passion pour le dessin, son talent, et son geste précis.

Notre amitié est aussi due à notre complicité avec la France, d'être maman d'enfants bilingues et de respecter notre choix de continuer à parler à la maison avec eux dans notre langue maternelle. 

L'idée de l'introduire à mon projet a été le coup de cœur de l'amie à l'amie, de sa compréhension pour l’idée de dessiner pour un livre bilingue, de sa patience et de son talent d'illustratrice. 

Nous avons eu aucun doute, d'appréhension ou la peur de ne pas réussir ensemble ce projet. On été mutuellement en confiance en laissant nos instincts nous guider.

Notre collaboration a été très simple. J'ai fait une liste avec les idées de chaque dessin et les directions, ce parlant chaque jour et j'ai laissé le talent d'illustratrice de Kedsunee compléter l'œuvre.

Je dirais que cette expérience, a donné l'idée à Kedsunee de développer son talent, d'évoluer et d'être aujourd'hui indépendante avec ses propres envies de créer.

Me concernant, j'avais déjà une amie, une belle complicité avec Kedsunee et je dirais que cette amitié n'a fait qu'humainement évoluer, avec respect, écoute et progression. Cela a également ouvert un nouveau chapitre sur une belle complicité. 

6/ Avez-vous eu des retours de la part de votre lectorat et de quelles natures ( enthousiaste, interrogative, positive, etc.) ?

 

Il y a en effet quelques retours intéressant, concernant surtout les parents bilingues. 

Les histoires plaisent, et les dessins aux vives couleurs sont adorés.

La nouveauté, et le positif sont d'avoir accès à deux langues, c'est un privilège pour certains parents. Maman française lit dans sa langue maternelle, et papa américain la sienne, ou vice-versa. 

Le négatif avec les personnes américaines était généralement : 

"Nous ne parlons pas du tout Français, et nous ne savons pas comment prononcer les mots."

Maintenant est disponible sur YouTube et chaque dimanche sur mes médias sociaux, une vidéo racontant chaque chapitre des histoires lu en français par moi-même et Enzo mon fils le héros, lis la version anglaise. Ainsi, il n'y a plus d'excuses pour ne pas lire soit en anglais ou soit en français !

 

7/ Le Monde d’Enzo est-il différent du Monde dans lequel nous vivons tous ?

 

La seule différence entre notre monde réel et ceux des histoires, est l'imaginaire.

Par exemple, je n'ai pas encore vu ou entendu parlé d'un enfant faire du toboggan sur le dos d'une girafe. Cependant, je pense que l'imagination est assez close des rêves. Enfant, nous avons tous rêvé un jour de partager un moment privilégie avec un animal du zoo ou de la savane. Il est, à mon sens, nécessaire de s’évader du réel à l’imagination surtout en cette période de pandémie et le Covid 19.

Il est aussi plus facile d'attirer l'attention d'un enfant, avec l'imaginaire, le rêve, et le jeu. Cependant, chaque histoire a une part de réel et d'éducation avec la vie des animaux, leurs valeurs, leurs habitudes, leurs coutumes racontées avec simplicité et facilité, soit par les animaux eux-mêmes (ou l'on retrouve cette imagination.) ou lu sur les pancartes par Enzo, le héros.

 

8/ Que pensez-vous apporter avec Enzo aux jeunes lecteurs et lectrices avec les neuf histoires qui composent ce livre ?

 

Mon livre d’enfant de neuf histoires, est un excellent moyen d’accéder à une langue avec l’imagination des enfants, l’éducation et le monde des animaux. 

Les jeunes lecteurs se reconnaîtront dans Enzo. Ils apprécieront ses aventures, car elles reflètent leurs sentiments et leur manière d'être.

 

Les enfants suivront un garçon fantasque dans sa découverte au zoo et imaginatif nommé Enzo. Ce petit prince irlandais, habillé d'un pyjama vert, porte un symbole de chance avec le trèfle, a quatre feuilles, découvre la vie des animaux sous l'œil vigilant de sa bonne étoile. Les images simples et les couleurs vives du monde d'Enzo attireront naturellement les enfants et capteront rapidement leur attention. Ils aideront les enfants à se concentrer sur l'histoire et à la comprendre plus facilement. Chaque biographie se termine par une phrase qui résume la vie de l'animal pour ne pas oublier certaines valeurs humaines. 

Ses histoires m’ont été inspirées de la relation unique que je partage avec mon fils de 11 ans.

Elles sont imaginatives, éducatives, poétiques, bilingues de deux langues françaises et Anglaise, et chaque histoire se termine par un proverbe positif.

 

9/ En votre qualité d’expatriée, comment ressentez-vous, comment vivez-vous le bilinguisme à titre personnel et au registre familial ?

 

Malheureusement, le bilinguisme n'est toujours pas une tendance. Souvent, nous entendons que les étrangers parlent plusieurs langues, ce qui est faux ! Je rassure les Français, vous n'êtes pas les seuls à parler que votre langue maternelle. Les Américains, pour exemple, ne parlent pour la plupart d'entre eux qu'uniquement leur langue. Autrement, leur deuxième langue est l'espagnol, car l'Amérique du Sud, est notre voisin et qu'il y a une grande population d'immigrés mexicains. Ils ont donc une forte motivation à devenir bilingue. Ce n'est pas à proprement parlé de l'intérêt pour une autre langue mais plutôt une obligation dans le choix de leurs études.

 

Nous devons faire face à de nombreuses réticences, de témoignage de réserve, dans le discours, le comportement des autres quand nous sommes expatrié, de questionnement, et parfois se trouver confronté à notre accent pas toujours compris surtout dans le secteur administratif.

Dans l'ensemble, c'est positif, avec une admiration pour la langue française. Je conseille aux parents d'éduquer leur enfant aux différents langages. Nous sommes confrontés a voyagé pour travailler, et déménager dans un pays étranger, et nous serons encore avec les années à venir a devoir quitter nos pays d'origine. Que cela soit pour travailler, par coup de cœur et expérience ou l'appelle de l'amour.

Il est donc préférable de préparer vos enfants avant qu'après, sachant qu'avec l'âge, il est plus difficile d'acquérir une nouvelle langue.

 

10/ Avez-vous déjà engagé une suite aux aventures d’Enzo ? Si oui, avez-vous une idée de sa date de sortie ?

 

Non, je pars du principe de laisser faire le temps, et d'aller doucement, mais sûrement. Je voudrais acquérir une notoriété avec ce livre et imposer le bilinguisme avant de parler dune continuation aux livres d'enfants bilingues.

J'ai cependant quelques nouvelles idées, mais je ne sais pas si cela sera une suite à 'Enzo Le Petit Aventurier', ou un autre projet.

gallery/109779317_158997485842043_2257812278013698716_o
gallery/117327267_163433308731794_6939783344527055806_o
gallery/IMG_9549