gallery/ntcopie

Profession : Juriste en maison de justice et du droit

Bibiographie : 5 romans publiés entre juin 2018 et janvier 2020,  Aux éditions Art En Mots.

  1. Retour vers l’amour ( juin 2018)
  2. Renaissance (août 2018)
  3. La Part du diable ( février 2019)
  4. Les écorchés de la vie ( 2 tomes-juin et août 2019)
  5. As-tu rêvé ?( janvier 2020)

+ Recueil de nouvelles  en collectif : Mères malgré tout et Nouvelles pour Meroa.

Biographie :

 

Âgée de 45 ans, Nelly a trois passions dans la vie : l’écriture, la lecture et le droit. Après une longue pause pour construire sa vie professionnelle et privée, elle a eu envie de reprendre l’écriture en participant à des concours de nouvelles. Et l’addiction qu’est l’écriture est revenue et cette fois ne semble plus vouloir la quitter !

En 2017, elle a ressorti ses vieux manuscrits commencés lorsqu’elle était étudiante. Après un dépoussiérage, elle a envoyé ses deux premiers manuscrits dans plusieurs maisons d’édition. Les éditions Art En Mots ont misé sur elle et ses romances contemporaines.

Depuis juin 2018, elle a publié 5 romans, et a tenté en janvier 2020 une intrusion dans le milieu thriller toujours avec une pointe de romance.

Ses romances ont toutes un côté noir ou dramatique avec des personnages forts.

1/ Nelly, à quelle date à commencer votre aventure d’auteure et pourquoi ?

Les prémices de mes deux premiers romans datent de plus de 20 ans lorsque j’étais étudiante en droit. Remisés dans les tiroirs, ils n’ont été ressortis que fin 2017. C’est après ma participation à un concours de nouvelles que j’ai intégré un groupe de participants à ce concours et tous auteurs en herbe. Trois d’entre eux ont accepté de lire mes écrits et m’ont ensuite poussé à tenter l’aventure éditoriale.

2/ Qui est Nelly Topscher, lorsqu’elle n’écrit pas ? Qui êtes-vous lorsque vous écrivez ?

Je suis avant tout une juriste passionnée de droit. Eh oui ! j’aime mon métier qui est une très grande source d’inspiration. Je suis surtout une personne naturelle, qui trouve son équilibre dans les échanges humains que je peux avoir ça et là.

3/ Qu’est-ce qui déclenche l’envie d’engager l’écriture d’un nouveau roman ?

Mon cerveau est en constante ébullition. Je n’ai encore pas trouvé le bouton off. De manière générale, je cherche une nouvelle idée de roman quand je vois qu’il ne me reste plus que quelques chapitres à écrire sur celui en cours. La moindre conversation entendue, un rêve, un détail intéressant d’une consultation ou un article de presse peut me donner une idée.

Ensuite, il y a un temps plus ou moins long de maturation de l’idée. Je ne couche les premières lignes sur mon pc que lorsque cette idée devient quasi obsessionnelle et m’empêche de dormir !

4/ Que s’est-il passé entre la publication de votre 1er roman et aujourd’hui ? Qu’est-ce qui a changé en vous ?

Il s’est passé énormément de choses. En plus des autres romans sortis, il y a surtout les dédicaces et salons. Ces rencontres, les échanges que je peux y avoir sont des moments privilégiés qui m’apportent beaucoup.

Ce qui a changé en moi, c’est que je sais que je ne pourrais plus rester 20 ans sans écrire !

Nelly Topscher
Auteure

5/ Comment vous organisez-vous en terme de planning entre le boulot, l’écriture et la promotion de vos livres ? Est-ce difficile de marier le tout et pour quelles raisons ?

Je me pose souvent cette question au regard de mes journées bien remplies. Mon côté hyperactif m’aide sûrement à tout concilier. L’écriture se fait généralement le soir, les week-ends ou à mes pauses déjeuner. Cela peut être que quelques lignes à un chapitre. J’ai besoin de mon travail pour m’épanouir. Je ne pourrai, ne saurais pas écrire toute une journée. J’ai besoin de me nourrir des autres pour parvenir à écrire. Je suis une femme organisée ( psychorigide disent certains) donc je sais par exemple qu’une à deux fois par semaine je consacre un moment à faire ma promo sur les réseaux sociaux, que le samedi je suis plutôt dans mes corrections, etc.. Je vis avec un planning en tête !

6/ Connaissez-vous votre lectorat ? Avez-vous été surprise par la nature de ce dernier et par les ressentis exprimés sur vos ouvrages ?

J’ai la chance d’avoir croisé mes lecteurs et lectrices lors de divers salons, et de discuter avec certains d’entre eux sur les réseaux sociaux. Le fait d’intégrer des groupes de lectures permet aussi de développer ce type de contacts virtuels qui deviennent parfois réels.

Je suis toujours surprise par leurs retours. Quand j’entends des mots comme coups de cœur, ou que mes romans ont fait pleurer ou frémir des gens, je reste toujours la première étonnée. Ce qui me surprend le plus ce sont les retours d’homme qui me lisent. Mes romances semblent trouver écho chez certains messieurs !

J’ai toujours du mal à me sentir légitime dans ce rôle d’auteure. J’écris avant tout pour mon plaisir, pas pour en faire « une carrière ». Tenter l’aventure d’être publiée a été un défi et voir que mes écrits peuvent toucher est très valorisant. Je n’irais pas encore à dire que ça me permet d’avoir confiance en moi. Le manque de confiance en moi est encore présent, mais disons que je m’améliore au fil du temps !

gallery/renaissance
gallery/retour

INTERVIEW

 

Mon cerveau

est en

constante ébullition !

gallery/as-tu-rv

7/ Est-ce que les lecteurs et lectrices ont un poids sur votre travail  ? Si oui, lequel ? Si non, pour quelles raisons ?

 

Je suis ouverte à la critique dès lors qu’elle est constructive. Ce n’est qu’à travers les retours que l’on peut aussi s’améliorer. En revanche, je suis très têtue et je refuse de rentrer dans le moule. Par exemple, les auteures de romances se sentent obligées de rester dans les clichés du genre et dans des couvertures avec des torses musclés, ou des couples enlacés. Moi pas. J’assume totalement mes prises de risque sur mes couvertures et j’ai la chance d’avoir une éditrice qui soutient les rebelles de sa maison d’édition (je ne suis pas la seule à sortir des sentiers battus dans la team des éditions Art en Mots). Et les lecteurs m’identifient aussi de plus en plus sur cette particularité, ce côté différent.

 

Avant d’en arriver à mon lectorat, le roman passe par mes bêtas-lecteurs qui sont très (et de plus en plus) exigeants avec moi et j’ai récemment découvert le lecteur-test. Si le bêta est là pour améliorer et corriger le texte, le lecteur –test, lui, existe pour dire si le roman fait son effet, si les émotions sont là et si tout fonctionne.

 

8/ Vous semblez être également une lectrice forcenée. Que lisez-vous ? Que vous apporte la lecture, les livres des autres auteurs ?

Je lis énormément (merci les transports en commun !). Je suis friande de thrillers, romans noirs. Mais comme dans l’écriture, je suis une touche à tout et je peux lire du feelgood comme de la fantasy, ou des récits de vie. La lecture est une évasion.

 

9/ Si je vous dis, «Le livre, c’est la vie !», qu’est-ce que cela vous inspire ?

 

Je dirai plutôt ,comme Bernard Werber, que c’est la vie qui est un livre. Nos expériences bonnes ou mauvaises sont autant de chapitres que l’on écrit. Et parfois certains de ces moments deviennent des tranches de vie de certains personnages.

Depuis toute jeune, j’ai eu un livre à la main, alors que mes parents n’ont jamais été lecteurs. J’ai fait évoluer mes lectures au fur et à mesure de mes expériences, de mon âge et état d’esprit.

Aujourd’hui je ne lis quasiment que des thrillers, car ils me permettent justement de sortir m’évader complètement.

Je ne peux pas imaginer un jour sans lire. Alors oui le livre est une composante de la vie, ou du moins de la mienne !

 

10/ Quels liens faites-vous entre votre vie de femme et la vie de vos héroïnes ?

Toutes mes héroïnes me ressemblent. Elles ont toutes une part de mon caractère. La plupart de mes écrits comportent des combats de femmes pour se reconstruire, s’affirmer ou évoluer et toutes portent des valeurs très importantes à mes yeux.

 

11/ Qu’aimez-vous le plus dans votre vie d’auteure ? Pourquoi ?

 

Les rencontres que je peux y faire. Il n’y a rien de plus constructif que d’échanger avec d’autres auteurs. Nous vivons tous les moments plus ou moins faciles, des périodes de doutes et des joies.

Et il y a surtout les moments passés en salon ou dédicaces. Peu importe le nombre de ventes, les discussions que je peux avoir avec des lecteurs et /ou auteurs sont des moments précieux.

 

12/ Quels sont vos projets en cours de préparation ?

 

En 2020, il y aura deux autres sorties.

En juin, sortira un roman d’amitié plein d’humour relatant les aventures de deux auteurs, deux amis. Le défi pour cette écriture a été d’intégrer des conversations réellement échangées avec un ami auteur et de les transposer dans des situations totalement rocambolesques. «  La Rock star du thriller » est un roman léger idéal pour bien démarrer l’été.

En septembre, « Mon évidence « offrira une romance bien plus douce que j’ai l’habitude d’écrire.

 

Deux manuscrits sont déjà quasi prêts pour 2021 et là je travaille sur un nouveau thriller.

E X I G E N C E

gallery/mëres

Propos recueillis par S.T

Retrouvez en avant première, au bas de cette page, l'actu de Nelly !

gallery/nouveauté
gallery/0

A PARAITRE !

Recueil de nouvelles co-écrit par Nelly Topscher et Christian Guillerme, aux éditions AEM.

Résumé :

Deux auteurs vous entraînent dans leur univers où la noirceur prévaut. Chaque nouvelle évoque le dernier instant qui vous fait basculer dans la folie… ou dans la mort. Dans cette existence ou dans une autre, dans un train ou un avion, dans un couple ou seul, la ligne de vie apparaît fragile et il suffit d’un rien pour que tout bascule vers le néant. Depuis 2017, Christian Guillerme et Nelly Topscher ont participé à de nombreux concours de nouvelles, avant d’être édités. Ils vous offrent aujourd’hui un éventail de leurs textes courts.

 

Plongez dans leur univers sombre, oppressant et angoissant !