"Nouvelle plume au sein de l'équipe du magazine Pas Vu, Pas Lu, Jeanne est momentanément absente. Elle souhaitait partager avec vous tous un heureux évènement pour vous faire patienter jusqu'à son retour.

Les éclats de mots de Jeanne

P a s s i o n   E m o t i o n   P a r t a g e

Nous sommes heureux et fiers de vous présenter la lettre qui va suivre.

Jeanne vient de devenir maman et souhaitait partager sa joie avec toute l'équipe et vous,  lectrices et lecteurs. 

Il n'y a rien de plus beau qu'une naissance et toutes les promesses qui l'accompagnent.

 

Toute l'équipe du Magazine se joint à moi pour souhaiter une longue et belle vie à Céleste.

 

Stéphane.Théri

 

LETTRE A CELESTE ...

" D'une mère à sa fille,

 

Céleste, mon enfant,

je t'ai donné la vie ce 23 mai, et ta naissance est l'accomplissement de tout l'amour qui s'est formé en moi pendant neuf mois. Te regarder, et voir se dessiner un sourire sur mon visage est le cadeau que tu me fais. 

Papa et moi t'avons attendu longtemps. Les heures nous ont semblé des siècles, les contractions ralentissant le temps, figeant presque l'instant de ton arrivée. Tes petits battements de cœur retransmis par les machines m'ont maintenu calme, reliée à toi dans cette attente.

Toi que je portais encore dans mon ventre, soutenue par la main et le regard de ton père, je t'ai envoyé mon énergie, mon amour infini dans l'univers. Quand les heures ont pris le rythme sur les secondes, tu m'as fait signe que tu venais.

Tu as fait beaucoup de bruit dans ta douceur. Tu as suivi la course des étoiles pour atterrir sur Terre, ton pouce à la bouche et ta jolie frimousse posée sur mon ventre.

 

Dans un murmure tu m'as aussi donné naissance : la naissance d'une mère et de sa fille. Le soleil a suivi ta course pour éclore à tes côtés. 

A jamais tu as allumé une étincelle au fond de mes yeux. Je t'aime ma fille.

 

Bienvenue à toi ! "

Jeanne, ta maman

gallery/livres2

Eclat de Vie  Partagé !

gallery/Celeste
gallery/7c95450673df759b5385671a67010263

"Il suffit qu'une mère voit sourire son enfant pour être convaincue de la réalité d'une félicité suprême."

 

Chateaubriand