D'HIER & D'AUJOURD'HUI

" La poésie ne doit pas périr. Car alors, où serait l'espoir du Monde ? "

 

Léopold Sédar Senghor

LA PARENTHESE POETIQUE

Je ne t'aime pas

 

Je ne t'aime pas pour que ton esprit 
Puisse être autrement que tu ne peux être 
Ton songe distrait jamais ne pénètre 
Mon cœur anxieux, dolent et surpris.

Ne t'inquiète pas de mon hébétude, 
De ces chocs profonds, de ma demi-mort ; 
J'ai nourri mes yeux de tes attitudes, 
Mon œil a si bien mesuré ton corps,

Que s'il me fallait mourir de toi-même, 
Défaillir un jour par excès de toi, 
Je croirais dormir du sommeil suprême 
Dans ton bras, fermé sur mon être étroit...

 

Recueil : Poèmes de l'amour (1924).

 .../...

Anna

de Noailles

1876-1933

 

"Il n'est rien de réel que le rêve et l'amour."

Anna De Noailles

Redécouvrez, à chaque numéro, les poètes d'hier et découvrez nos poètes contemporains...

Mamiza dis tu fais quoi ?

 

Dis Mamiza tu fais quoi ?

 

Je m'occupe à vieillir mon ange.

Je m'attache aux souvenirs.

Je revis le vivant le vibrant.

Je saisis le beau l'infime.

Les souvenirs d'antan.

 

Et pourquoi tu fais ça mamiza ?

 

Pour vivre d'amusement.

Revivre l'insouciant.

L'impermanence des choses.

Le plaisir du présent.

Malgré les cheveux blancs.

 

Il faut savoir cueillir la vie tu sais.

 

La savourer sans s'enorgueillir.

Qu'importe demain.

Qu'importe hier.

Le temps n'a pas de prise.

 

Le cœur ne vieillit pas lui.

 

Il saisit il s'imprègne il absorbe.

Il cueille il se laisse émouvoir.

Il emporte avec lui ses sursauts.

Et ses amours d'hier.

 

Alors quand ce jour viendra.

 

De passer l'arme à gauche.

Je me souviendrai alors.

Du beau, de l'infime.

De tout ce qui fait la vie.

Et de chaque battement d'âme aussi.

Caroline Martin Chave

POESIE D'HIER

POESIE D'AUJOURD'HUI

À MA MÈRE

 

Assise auprès du feu, tu aimes contempler

Ce petit monde vivant, tes douze enfants joyeux ;

Quand tu devines leur rire, leur joie et leur gaîté,

Un sourire d’allégresse pétille dans tes yeux.

 

Tu es la source fraîche en haut de la montagne

D’où naissent les eaux pures de ces petits ruisseaux,

Arrosant les plateaux et les jolies campagnes

Où viennent se rafraîchir tous les petits oiseaux.

 

Tu es l’astre du jour qui éclaire la nature,

Qui inonde le ciel d’une vive lumière dorée,

Qui échauffe les cœurs de toutes les créatures

Avides de tant d’amour aux heures des vesprées.

 

Tu es la lune pure qui glisse dans la nuit,

Se frayant un passage parmi la foule d’étoiles.

Tu inondes mon village d’une pâleur qui séduit,

Car tu enlèves du soir son ombrageuse voile.

 

Tu es l’arbre fruitier où j’adore bien cueillir

La pomme du savoir, l’orange d’une sagesse,

Et les fruits d’une pensée ; et sans jamais vieillir,

Tu nous offres les produits de toutes tes richesses.

 

Maman, tu me souris quand tu lis la gaîté

Sur ma bouche enfantine et ma figure naïve.

Et tu me fais montrer un ton d’autorité

Quand tu vois une bêtise sur ma tête fautive.

 

Je t’aime, chère maman, soleil de ma joie ;

T’adore, maman chérie, lumière de ma vie ;

J’aurai voulu te dire à pleine et vive voix

Combien je suis heureux, combien tu m’as ravi.

 

 

Assise auprès du feu, tu adores contempler

Ce petit monde bruyant, tes douze enfants heureux.

Quand ta couvée est triste, tu aimes la cajoler ;

Quand tes petits sont gais, la joie est dans tes yeux.

 

 

Rocky

A. Harry RABARAONA

Auteur

Compositeur - Interprète

Vous pouvez également découvrir le site de l'auteur en cliquant sur le bouton ci-dessous.

L'empreinte

 

Je m'appuierai si bien et si fort à la vie, 
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement 
Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie 
Elle s'échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée, 
Gardera dans la route errante de son eau 
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée 
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines 
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir 
Et la cigale assise aux branches de l'épine 
Fera crier le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle 
Et le gazon touffu sur les bords des fossés 
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes 
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine 
Respirera dans l'air ma persistante odeur 
Et sur l'abattement de la tristesse humaine 
Je laisserai la forme unique de mon cœur.

Recueil : Le cœur innombrable (1901).

"Et la volupté n'est, peut-être, je le crois,

Que l'essai de mourir ensemble."

Anna de Noailles

Meu amor,

 

J'observe au loin ton regard rieur.

Celui qui révèle ta joie de vivre.

D'aussi loin que je me souvienne.

Tu as toujours croqué la vie à pleines dents.

Comme si le temps n'avait pas de prise sur toi.

Comme s'il fallait vivre et vite.

Et c'est toi qui avais raison dans le fond.

Tes sillons parlent pour toi.

Ils te définissent autant qu'ils te racontent.

Je me souviens de tout.

Des tartines au beurre, du café fumant le matin.

Des balades main dans la main au parc monceau.

Toi dans ta robe mousseline mauve.

Moi et mon nœud pap accroché sous le menton.

Nos pas de danse endiablés au bal le dimanche.

Ces instants rien qu'à nous.

A rire, à vivre, à se raconter.

Toi aussi tu m'observes mutine, sous tes longs cils.

De ce regard émeraude troublant.

Celui qui dit, tu te souviens toi aussi ?

J'hoche la tête comme signe de ralliement.

Tu me souris en retour.

Je te demande dans un souffle et si..

Tu me réponds ça ira mon ange.

Ta vie ne s'arrête pas après moi.

Tu as encore tant de choses à vivre.

Je serai ton guide de là-haut.

J'incline la tête doucement.

Je chasse une larme d'un revers de la main.

Je me tais puis je reprends ma lecture.

 

Retrouvez les poèmes de Caroline en cliquant sur le bouton ci-dessous.

" Rocky est une rencontre des plus singulières. Ce poète, auteur, compositeur, interprète a encore de belles choses à raconter. Issues d'un parcours de vie riche en rebondissements et cachées aux recoins de son coeur, Il nous livre ici un nouvel échantillon de son talent.

Merci Rocky !

 

Nous vous invitons à découvrir son roman autobiogaphique :L'aventure des Surfs en cliquant sur le visuel

visuels

Raphaël Laventure

Pour visiter le site Internet des Surfs, cliquer sur l'image ci-dessous