gallery/johanna

Profession : Danseuse professionnelle

Biographie :

 

Johanna Melbourne est née à San Francisco en mai 1988 où elle a passé une bonne partie de son enfance. De mère française et de père Américain, elle partage sa vie entre la Californie et la France. Elle développe, à ses heures de loisirs, ses deux passions, la danse et l'écriture. Après avoir écrit un recueil de nouvelles sur la danse : " Désirs de rythmes", elle vient de terminer son 1er roman "Le bruit du silence" qu'elle a décidé d'auto-éditer.

Johanna Melbourne
Auteure

I N T E R V I E W

Propos recueillis par Stéphane Théri

gallery/written by-3
gallery/panorama-2154194_1280
gallery/san-francisco-2369581_640
gallery/sanfrancisco2

Qui est Johanna Melbourne ? 

 

Johanna est mon double. Elle projette la lumière des pensées que j'arrive à extraire et coucher sur le papier ( Après les'avoir tapés sur le clavier de mon ordinateur). En fait, j'ai choisi ce pseudonyme en hommage à l'auteure Johanna Lindsey dont je suis fan et Melbourne parce que dès que mon emploi du temps me le permettra, j'irais visiter ce continent à part qu'est l'Australie.  

 

Que faites-vous entre deux coups de plume ?

 

Je travaille sur de nouvelles chorégraphies. Je suis danseuse professionnelle. Je dois garder une forme physique à toutes épreuves et je voyage beaucoup. Mon métier m'a forgée à la résilience mais me donne aussi l'opportunité de voir le Monde, ce que j'adore. Entre deux étapes, je couche sur mon ordi tout ce qui a retenu mon attention, susciter de l'émerveillement ou encore de la compassion. Et puis, une carrière de danseuse passe très vite. Je dois penser à une reconversion et l'écriture me semble être en harmonie avec mes voeux de retrait. Ecrire, c'est souvent être seule. J'aime mes temps d'écriture. Ils me tiennent loin de toute turbulence et cela m'apaise.

 

Est-ce que votre premier roman est autobiographique  ? 

 

Je ne sais pas comment répondre à cela. Je vais quand même essayer. A titre personnel, j'ai la chance de ne pas avoir encore perdu d'être très cher à mon coeur. Pourtant,  j'ai été le témoin presque impuissant du chagrin de ma mère lorsqu'elle a perdu

son frère dans un accident de voiture. C'est terrible comme la vie peut en quelques secondes tout bousiller. Il a fallu tout l'amour de mon père et le mien pour que ma mère puisse se sortir de son mal de vivre. Cette perte à été un drame pour toute la famille, pour moi bien évidemment mais, pour ma mère, une épreuve presque insurmontable. Elle entretenait avec mon oncle un lien très fort depuis l'enfance.

Après coup,  je me suis mise alors à penser, et si maman ou papa disparaissaient demain, comme ça, d'un seul coup. Dans un premier temps, J'ai, comme on le fait toutes et tous, tourné le dos à cette terrible question avant de revenir quelques mois plus tard la revisiter avec l'écriture. Mon roman, c'est un peu ça. Toutefois, j'ai, comme le font de nombreux auteurs, maquillé, arrangé, manipulé le tout pour le romancer. J'ai utilisé ce qu'il me restait de souvenirs d'anciennes ruptures amoureuses. Je crois malgré tout ce mélange avoir réussi à raconter une belle histoire dans laquelle l'amour, la famille et les sentiments tiennent une place prépondérante. Finalement, je vais dire que mon roman n'est pas autobiographique. 

 

Pourquoi êtes -vous auto-éditée ? Est-ce un choix ou une fatalité ? 

 

Par choix, j'évolue dans un univers dur, difficile où les place sont chères. Je sais de par l'expérience de certains de mes proches qu'il est difficile de signer un contrat avec une grosse maison d'édition sans avoir préalablement fait ses preuves ou jouir d'une notoriété dont la valeur marchande saute aux yeux. Je suis également une femme très indépendante et j'ai un projet éditorial assez précis que je souhaite mener comme bon me semble. J'ai donc choisi de m'auto-éditer et d'attendre les premiers retours de lecteurs ne figurant pas dans mon environnement direct. Pour tout vous avouer, mais vous le savez puisque nous nous connaissons depuis quelques années déjà, je ne suis pas seule. Je suis plutôt bien entourée et les encouragements des uns et des autres me donnent confiance. Ce roman, c'est plus qu'une histoire, c'est une nouvelle aventure de vie qui commence. 

 

Pourquoi avoir choisi la plateforme www.pasvupaslu.com ?

 

Pour au moins deux bonnes raisons. La première, c'est que je vous connais et que je vois évoluer ce projet depuis les tous premiers jours. La deuxième raison, c'est que toutes ces plateformes gratuites de masse n'apportent pas grand chose et que pour tout vous dire, je ne crois pas, mais alors pas du tout, à la gratuité. C'est une chimère que celle de faire croire à des gens qu'on va leur donner le meilleur sans qu'ils aient quoi que ce soit à payer. Pour moi, tout à un prix et mon arrivée dans ce milieu, je l'engage sans aucune pensée naïve.

 

Avez-vous un autre projet en cours d'écriture ?

 

Oui ! J'en ai même deux en cours. J'ai amorcé l'écriture de deux romans radicalement opposés. Quand je bloque sur l'un ou qu'un évènement de mon quotidien provoque chez moi un changement d'humeur, je passe de l'un à l'autre.

 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus ? 

 

Je pourrais vous donner le titre de chacun parce qu'ils me semblent tous deux tellement limpides et définitifs mais, ce n'est pas l'heure. Ce que je peux dévoiler à vos lecteurs, c'est que mes trois romans formeront un cercle assez logique. 

 

gallery/alcatraz-4894292_640